• <p><font color=\"#000099\"></font><p>

    christing

  • Le 4 Octobre 2008, un groupe de quatre personnes déterminées se rencontrent au cours des journéess "Commissions Democrates" du 4 et 5 octobre 2008, organisées par Corinne LEPAGE à la demande de François BAYROU. Ils decident de participer, au sein de la commission thématique "Education", au groupe de travail "Ecole Territoire Famille", noyau dur animé par Christiane INGELAERE, constitué par Viviane BOUSSIER, Agnès MIGAUD, et Sylvain CANET, pour contribuer ainsi à ce que François BAYROU a pu appeler "le redéfinition d'un projet de société"

  • Archives

  • Catégories

  • SONDAGES

    QUE PENSEZ-VOUS DU SITE ?

    Voir les résultats

    Chargement ... Chargement ...
  • Accueil
  • > Premières pistes réflexion

Premières pistes réflexion

Le 28 octobre 2008 Contribution d’Agnès MIGAUD 

Quelques pistes pour nous aider à dégager les axes où développer notre réflexion

Concevoir une politique éducative qui prenne en compte les différents lieux d’éducation de l’enfant : famille, école, club sportif, centre socio-culturel (activités, centres aérés), soutien scolaire, activités périscolaires, temps de la cantine, etc …

Chacun de ces temps de l’enfant doit avoir une valeur éducative. Cela suppose que chaque adulte intervenant auprès d’enfants  soit bien conscient de sa responsabilité éducative, qu’il soit formé à exercer celle-ci et que l’action des uns et des autres s’effectue de manière cohérente.

Cette cohérence doit se construire sur un territoire : quartier, commune…

Cette cohérence nécessite qu’il y ait passage du relais du souci éducatif entre les adultes prenant en charge l’enfant. L’enfant doit savoir que les adultes qui l’accompagnent au cours des différents temps de sa vie communiquent entre eux, se connaissent, se rencontrent, travaillent ensemble. Cela suppose que ce temps de concertation soit pris en compte dans le temps de travail des uns et des autres.

Concevoir une politique éducative qui poursuive l’effort de démocratisation scolaire, qui se soucie de maintenir ou rétablir une réelle mixité sociale, qui permette à chacun de passer d’un territoire à l’autre ( nul ne devant être assigné à résidence là où l’a posé le hasard de sa naissance), enfin une politique éducative qui ose se confronter à l’égalité des chances. Ceci conduit par exemple à retravailler l’idée de carte scolaire, son abandon prévu par l’actuel gouvernement me semblant aller à l’opposé de ce que nous souhaitons.

Rejoignant ces notions d’égalité des chances, de démocratisation scolaire et de mixité sociale, je pense qu’il faudrait donner des objectifs clairs aux années collège. Le but du collège c’est trop souvent sélectionner ceux qui pourront espérer réussir en enseignement général et rejeter les autres vers l’enseignement professionnel. L’enseignement au collège devrait être plus diversifié et donner à chacun l’occasion de développer ses différentes formes d’intelligence.      

 

Laisser un commentaire